Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16.08.2016

On veut éradiquer votre mémoire ancestrale !

toro1.jpegVendredi  12 Aout, aprés le paseo, une émouvante minute de silence, observée dans les arènes de Béziers, en mémoire notamment du matador Victor Barrio, a été suivie d'une objurgation écrite et lue par Richard Pascal. C'est par un long appaudissement et des ovations que les gradins ont salué ce texte adressé à tous les aficionados,aux gens du Sud et au delà aux liberticides...

 

" Mesdames, Messieurs,

Comment nier qu'aujourd'hui la corrida est en danger. La corrida ce dernier bastion où le courage, la fierté, la noblesse de cœur, le romantisme veulent encore dire quelque chose en ce XXIème siècle. Et bien mesdames, messieurs la corrida est en danger.

En effet, depuis le 27 juillet dernier la corrida n'appartiendrait plus au patrimoine immatériel de la France. Bien que le Ministère de la culture n'ait pas confirmé cette décision, non plus que le Conseil Constitutionnel quant à l'exception culturelle que constitue la corrida. Cette décision qui émane du Conseil d'Etat met toutefois gravement en danger, ce dernier bastion de l'authenticité. Et quand je dis authenticité, Il y a un mois le samedi 9 juillet dernier le torero espagnol Victor Barrio, âgé de 29 ans, est mort dans les arènes de Teruel, des suites d'un coup de corne dans la poitrine.S'en est suivi sur le net, twitter et autres médias de la toile, une série de commentaires ignominieux émanant du lobby anti-corrida.

Il m'est impossible de passer sous silence ce qu'a écrit un certain enseignant espagnol du nom de Vicent Belenguer. Je le cite : « Je me réjouis de sa mort, (dit-il) la seule chose que je regrette et que cette cornada n'ait pas tué par la même occasion les fils de pute qui l'ont engendré. Nous danserons sur ta tombe et pisserons sur les couronnes de fleurs de ton cercueil. » Voilà le type de commentaire auquel a eu droit cet homme dont le seul crime était de combattre des toros, avec une étoffe, une épée et jouer sa chair et sa vie a bout portant. Pour être torero, Victor Bario était un homme qui avait lui aussi une mère, une épouse, une famille. Comment ces donneurs de leçons, ces vomisseurs de bile haineuse ont-ils pu perdre à ce point toute humanité.

Depuis le XVème siècle, on combat des taureaux sur nos terres du sud.Catalans, Basques, Occitans, on veut vous arracher à votre culture, on veut anéantir vos traditions, on veut éradiquer votre mémoire ancestrale. On veut piétiner ceux qui avant nous ont construit notre patrimoine culturel. On veut piétiner ceux qui nous ont fait ce que nous sommes. Si nous les trahissons, notre passivité nous détruira !

Ici nous sommes en terre de Biterre, ici nous sommes en terre Cathares, ici depuis des siècles nous avons appris à résister. Alors, basques, catalans, gascons, provençaux, languedociens, battez vous pour que notre pays, nos terres, notre culture, notre sud, restent ce qu'ils ont toujours été, ou bien vos enfants ne connaîtront plus le goût de ce qui fit notre histoire. Or, sans passé , l'homme n'a pas d'avenir !

Ce message va au-delà de ce qui se passe dans nos arènes. Il s'adresse à tous ceux, je dis bien tous ceux, pauvres fous, qui pensent pouvoir nous détruire."

15:14 | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.