Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05.10.2016

PARIS - Á propos du colloque du 4 octobre tenu au Sénat

 sénat

 Toute initiative visant à faire avancer la cause des minorités culturelles est bonne à prendre. Dans la foulée de la manifestation de Mont de Marsan ne boudons pas le plaisir que nous avons pu avoir d'assister au colloque « L'Homme et les animaux : un conflit de civilisations »?, accueilli au Sénat dans la salle Gaston Monnerville, ce mardi 4 octobre. Il aura contribué à rapprocher les représentants de ces activités, pratiques, usages et traditions qui s'exercent en recourant à des animaux sauvages, domestiques ou familiers et subissent les foudres des auto-proclamés défenseurs de la cause animale.Sociologue, ethnologue, anthropologue, philosophe, juriste, psychiatre ont tout d'abord analysé l'évolution de la condition animale avant que les tables rondes ne révèlent le vécu des professionnels ou pratiquants qui ont pu évoquer leur quotidien guidé par la bien-traitance et le respect de l'animal tout en dénonçant l'agressivité des attaques qu'ils subissent au nom d'argumentations fallacieuses relayées favorablement par les médias et généreusement soutenues par des institutions australo-américaines.

Parmi les communications, toutes intéressantes, je distinguerais les approches critiques du concept d'Animal-personne, l'idéal humaniste que nous entendons défendre, le droit de choisir librement sa culture et l'égalité de tous dans les différences minoritaires culturelles garantis par le cadre européen. Il est apparu que la ruralité a perdu la bataille de la communication et qu'une reprise de l'initiative était nécessaire et rendue possible par une telle manifestation faite pour rapprocher les animateurs de ces minorités. Á la suite des exposés des universitaires, les professionnels de l'élevage et du cirque classique, les pratiquants des chasses et tauromachies, les parlementaires ont mesuré ce qui les rapproche et les conduit à agir ensemble.
N'en déplaise aux détracteurs de l'intérieur, ce type de manifestation est essentiel en tant qu'il a montré qu'une tradition n'est pas le regret du passé ! et a permis de poser les bases de la suite à donner, ce n'est pas rien.

Le lendemain se tenait , toujours au Sénat la table ronde des maires des villes taurines, au cours de laquelle était signée et proclamée la "Charte des libertés et de la diversité des cultures».

Dominique Valmary - président de la Fédération des Sociétés Taurines d France

Les travaux de cet important colloque seront publiés dans les jours qui viennent.

23:30 | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.