AFFICHE MEXICO

La Fédération des Clubs Taurins du Biterrois réunie le mardi 6 septembre avait pour ordre du jour le bilan taurin de la Feria 2016, ainsi que les différents prix de celle-ci attribués par les clubs et la Fédération (publiés en son temps par notre site).

A la suite du débat sur le bilan de la Feria biterroise de 2016, les clubs ont décidé la publication d'un communiqué avec motion - destinée à l'empresa Robert Margé et à la Ville de Béziers - faisant part de leurs inquiétudes sur l'avenir des spectacles taurins mis en place par l'empresa actuelle et sur la baisse régulière de la fréquentation des arènes.

La Fédération tirant la sonnette d'alarme indique notamment " Au vu des résultats taurins de cette feria, tant en termes économiques qu’en termes de qualité des courses et particulièrement des élevages présentés, il en va de l’avenir de notre passion sur Béziers." La motion, tout en rappelant les baisses de fréquentation depuis quatre ans, indique que les causes de cette diminution ne peuvent-être attribuées seulement au terrorisme, et elle souligne, à juste raison, comme autres facteurs les difficultés économiques et la qualité des spectacles, indiquant : " Les arènes de Béziers sont parmi les plus chères de France dans leur catégorie : 37 € une générale au dernier rang, et 100 € aux huit premiers rangs, ces prix limitent considérablement l’entrée à un spectacle à l’origine très populaire.Le budget sur 4 jours de feria pour une famille devient vite prohibitif et réservé à des portefeuilles conséquents. "

Concernant les élévages présentés les clubs taurins considèrent que ceux-ci "depuis 4 à 5 ans, ont peu évolué à Béziers et d’une année sur l’autre on retrouve des cartels sans surprise sur les affiches, mais sans surprise aussi dans le ruedo des arènes. Il n’y pas de place à la nouveauté, à la surprise, à la recherche créative, à l’émotion." La fédération rejoint ici la CTEM qui "depuis quelques années insiste sur le changement d’élevage au moins, et sur la  qualité générale de la feria."

La fédération, prenant comme bon exemple Dax, Nîmes, Arles, Alès, considère que la communication sur les cartels "est restreinte et non adaptée à la vie actuelle, en tout cas à ce qui se fait dans les arènes de même catégorie : pas de mail adressés aux clubs, pas de mail aux aficionados,(...) pas d’affiches non plus dans la ville (massivement), pas d’affiches dans les clubs, pas d’affiches dans nos villages."

Tout en reconnaissant que l’empresa des arènes aide la tauromachie au travers de l’École taurine et des novillades non piquées du matin, la motion demande :
" 1
/ que l’on révise la qualité des spectacles en particulier pour les élevages, en créant de la nouveauté et de la créativité,
2/ revoir et analyser les tarifs en les positionnant dans la moyenne des prix d’entrée des arènes de 1
ère catégorie. Prévoir des promotions et remises. Aussi donner plus d’importance au Tendido Jeune, même s’il coûte un peu d’argent.
3/ réajuster une communication, se reposant sur les abonnements, sur les aficionados, sur les clubs; en fait, une communication moderne, actuelle à proximité de l’aficionado.
Telles sont les quelques remarques que nous souhaitons faire connaître aux protagonistes de la FIESTA BRAVA dans notre ville."...

Ainsi la Fédération des Clubs Biterrois pose sur la table des différents protagonistes, plus particulièrement celle de Robert Margé, les dossiers à ouvrir pour l'avenir de la Tauromachie en terre Biterre...